Au Monomotapa > Accueil

Passage d'Orient

(Temps Actuels, collection Digraphe, 1984)
 

Roland a été envoyé en Orient par l'empereur pour garantir l'accès aux lieux saints. Il est surpris et tué dans les montagnes au-dessus de Jérusalem. Une assemblée de toute la chrétienté est réunie à Clermont. Urbain y prêche la guerre sainte. Charles prend la tête des armées croisées. Le reste est imaginaire.



Extraits

1.2

et se couche dans l'herbe toujours verte           il faut te perdre douce           France et le ciel se couvre d'étoiles           comme dans les poèmes mais lui           a lâché les saintes reliques           (une dent une mèche de poils           sanglants un pan de corsage           aux lèvres porté           si souvent           qui lui fermera les yeux           sur cette terre ouverte           les porcs eux-mêmes saisis d'angoisse           se tournent vers la roche fendue           ce cri qui remue les idoles           de Damas jusqu'à Carthagène           Mare fustes, Rollant !           et c'est une grande peur tandis qu'à nos morts           la barbe continue de blanchir


1.3

ah tel spectace sans frémir           ne se peut voir comme dit           l'énigmatique personnage           et se tourne vers la fenêtre étroite           l'eau coule au milieu des lys           les parfums montent sous le soir           si rose déjà un oiseau           traverse le ciel en biais           du cloître tranquille et rangé           repose dans la rainure de sa table           cirée sa plume rétive           le matin arrachée           à une poule noire com           me le pied d'un moine           dans le lointain des cris de femmes           pour le souper puis comme           un galop étouffé de vingt           mille chevaux


3.1

les croirait-on enfants à pleurer           de grâce quand ils eurent traîné           leurs étraves peintes sur la grave           de cette fumante amérique o           par quel prodige le ciel secoué           comme un prunier ne verse l'or           fondu de ses étoiles mais           eux haletant sous l'étroite           lyre de leur cuirasse           un trouble les mène d'étrange           façon comme au-dessus de mers nouvelles           un vol de pensifs           faucons           ou les rosiers dans la fenêtre ventée           le jour encagé dans les buis           blanchit           je pesais           leurs paroles rares           un grésil léger sur les tuiles           de l'appentis une chaise renversée           le murmure           du bassin d'eau noire passer           parmi ces choses insignifinates           sa vie           loin des terres véritables           leurs robes guipées d'or volent           sur leurs hanches de fer           un souffle nocturne           descendait des serres           refermées sur le caillis           de nos francs           et sur ses grandes           terrasses aériennes           Jérusalem


4.2

ah ne quitterez-vous ce déjeuner de ruines l'armée
assise dans les champs écarlates les mules
gonflées de foin salé le grand masque des nuits
suspendu à demeurer sur ce balcon inquiets
de connaître le sens des paroles terribles
et des visions mais quand le sang fut en mer
dispersé et familier le paysage comment
espérer attelé à de sévères réthoriques
davant cette échappée de combes murées de tertres
de nuées serait-ce là le lieu sacré
le seuil neigeux où finiront les années
et j'écrirai l'ordre de ma vie gettant
les signes que vient la parousie cependant
que les mouches infecteront le ciel


5.12

et nous parcourions ces terres déroulées dans la lumière naissante avec la nostalgie d'un âge classique le discours ordonné selon les règles la voix grave accordée à la rigueur de ce paysage de montagnes légères perdues sous les grilles lentes du matin tandis que les héros en larmes dans la crinière de leurs bêtes regardaient l'horizon sur la mer se découvrir écoutant l'étonnante harangue sur le mal que nous avions depuis des siècles portée sachant alors tout plaisir et toute ombre et la mort dans toute pensée mais l'espérance proclamée dans tant de livres qu'on voudra lui céder étendus sur le grabat de cette terre vague et la Hierosola celeste établie à jamais au dessus de ces vallées de ténèbres et de doute...


6.12

le jardin se déchire dans des ronces           le bec des fontaines dans l'herbe           a perdu sa voix égère           et le soir c'est à peine           un cri de femme           mais qui viendrait s'asseoir encore           près du bassin rempli de feuilles           écrire ces choses d'au           delà           on connaît ce paysage           en friche un carré de ciel           tunique candide accordée à celles           qu'aucun homme n'avait           pénétré           ah le sang me brûle encore           mais tout n'est-il pas permis désormais           de dire           dans ce monde abandonné           qui se souviendrait           des oiseaux vers l'orient           ont traversé nos murailles           voiliers étroits pétrifiés           dans la tension de leur désir           rien n'était plus comme avant           quand vous découvrirez ce lieu           des choses familières           le parquet taché d'encre l'herbier           les carnets dispersés sur la table           les livres pillés sous le lit           et la nuit aux fenêtres l'ongle peint           c'était ce temps de notre vie           l'odeur de la neige           les collines vagues au-dessus des toits           les lignes d'arrière-pays désaffectées           où pousse le silence




Critiques

C'est le plus convaincant et le plus solide recueil de poèmes d'un poète nouveau que j'aie lu, et depuis très longtemps. Une véritable découverte. Pour la largeur du propos et la finesse de l'argument, certes, mais aussi pour la réussite du poème. Son charme. Sa dextérité. Son ampleur. Ce n'est pas la première fois, bien sûr, que le récit vient au poème, et tout particulièrement le récit d'histoire. Que le poème tente, dans l'efficacité du discours, la recherche de son identité, l'envers de sa fragilité. Ici, cela tient des deux versants, en un équilibre peu commun. La pertinence avec.       Henri Deluy (Révolution - 16 mars 1984)

 

Haut de page