Au Monomotapa > Accueil

Traductions de Seamus Heaney...


La lanterne de l'aubépine est une traduction de The Haw Lantern (1987) du poète irlandais Seamus Heaney (Prix Nobel de Littérature 1995).

La lanterne de l'aubépine
Le Temps des Cerises
1996


Quand nous avons cru nous établir pour de bon
Entre ses collines bleues et ses rives sans sable
Où notre nuit désespérée s'épuisait en veilles et en prières,

Quand nous eûmes rassemblé des bois flottés, fait un foyer
Et comme un firmament suspendu notre chaudron,
L'île se brisa sous nos pieds comme une vague.



Vision est une traduction (faite pour le plaisir et restée inédite) du recueil Seeing Things (1991) de Seamus Heaney. (Une traduction de ce recueil par Patrick Hersant a été publiée en 2005 aux Éditions Gallimard sous le titre "La lucarne").

Visions
Inédit
2009


Dans les célèbres poèmes du sage Han Shan
La Montagne Froide peut aussi désigner
Un état d'esprit. Ou différents états

À différents moments, car les poèmes semblent
Jaillir spontanément - cette sorte d'exorde :
Durant vingt-neuf ans je suis resté assis

Face à la Montagne Froide (...)



Deux textes du recueil d'articles Preoccupations (1980) ont été publiés dans la revue Po&sie : Mossbawn relate quelques épisodes de l'enfance de Seamus Heaney. Belfast, Noël 1971 décrit les conditions de vie à Belfast à la période des luttes civiles entres les deux communautés.

2 textes de
Preoccupations


Et nous devons vivre avec l'Armée. Ce matin j'ai été arrêté sur la route des Falls et conduit au poste de police le plus proche, avec mon fils de trois ans, parce que la vignette de ma voiture était périmée. Mes protestations ont faibli quand l'officier de service m'a dit: "Ecoutez, soit c'est la police, au bout de la rue, soit on vous emmène tout de suite à Hollywood" - leur base. Ça ne porte pas le nom de loi martiale mais ça lui ressemble. (Belfast, Noël 1971)



... et théâtre


La déportation d'Hermès est le récit du voyage de Saint-Paul de l'Asie jusqu'en Italie. La pièce a fait l'objet d'une adaptation radiophonique pour France Culture (Nouveau Répertoire Dramatique, réalisation Claude Roland-Manuel, 1987). Extraits publiés dans Digraphe (mai 1985).

La déportation d'Hermès


    Paul – J'entrais dans une ville haute et superbe. Tu sais comme sont les rêves : Rien n'y a l'apparence ordinaire. À ses murailles, à la couleur de ses rues, aux visages rencontrés en chemin, je reconnus Tarse, ma ville natale. Pourtant c'est bien Jérusalem qui s'ouvrait devant moi. C'était le soir. De grandes ombres s'étendaient dans les vergers en contrebas. L'air était si pur qu'on y entendait le bruit de la mer. Je me dirigeai vers le temple. Je gravis les rues escarpées, absent, comme enlevé à moi-même. Sur les marches devant le parvis se tenait un groupe. Ils se tournèrent vers moi.




Haut de page