Au Monomotapa > Accueil
 

Cette folle énergie...


La vertu

Cette folle énergie où est-elle       à courir
La foudre aux talons vers mon tourment
Un ange en cheveux au front alourdi
Grands tilleuls surannés bruissant dans l’espace
Et la lune indolente qui erre sous les eaux
J’aurais pu mourir à boire d’un trait
Son visage flottant et m’enivrer de rien
La nuit a passé comme l’ivresse
Et il faut se résoudre à soi même sec
Ingrat livré à l’algèbre des ans       ai-je
Trop sacrifié à des vertus austères
Trop châtié cette chair emportée       à peine
Si parmi cent passions d’étude ou de chantier
Deux ou trois noms me reviennent
Et je vois avec effroi les publics Casanova
Que l’âge échauffe       terrifiante frénésie
Saccageant sans merci le jardin de groseilles
Qui me fut si ménager       qui pendus
À l’arbre du plaisir sèment au hasard
Le sperme avec la vie


                          Gérard Cartier, avril 2012 (2013)


Haut de page