Au Monomotapa > Accueil
 



L'aiguille d'or

Notre vie si rare ne vaut pas
Une once de fumée       moins qu’à Brive
L’herbe qu’on marchande au milieu des étals
La libra romaine suspendue à la main
Oignons des vertus contre peson de plomb
Physique élémentaire       mais pour nous
Qui sommes flamme et souffle des lois
Ignorées de Roberval       ni la balance sage
Où Buffon pesait le feu ni le trébuchet
Peint au pignon de Novalese qui demain
Jugera notre âme mécréante       il est à Paris
Oublié des géomètres du pavillon de Sèvres
Un instrument beaucoup plus délicat
Dont l’aiguille d’or juge du bien public
La Vertu vole y lit-on gravé en elzévir
Au bras de la Fortune       combien
D’hommes de Brive combien de banderoles
De wuwuzelas trompetant dans les rues
Pour faire osciller son fléau contre un seul
Des hôtes du Fouquet’s


                                      Gérard Cartier, 2013
                   (1ère version  dans Nous, la multitude
                  ouvrage collectif, Le Temps des Cerises, 2011)



Haut de page